[Euro 2016] La nécessité de la complémentarité dans une équipe

Au football comme en entreprise, la constitution d’une équipe efficace est complexe.
L’enjeu n’est pas de créer une équipe avec les meilleurs mais de créer la meilleure équipe.
Pour obtenir une équipe qui fonctionne et qui brille, il est nécessaire de penser complémentarité.

 

L’Euro 2016 m’offre l’occasion de dresser un parallèle entre l’Equipe de France et une équipe commerciale.

 

Dans l’équipe de France :

La logique veut que si Didier Deschamps ne prend que des attaquants, son équipe va mettre des buts mais elle va en prendre aussi beaucoup, et s’il ne choisit que des défenseurs, ça ne va pas fonctionner car l’équipe ne va pas marquer de buts.

Pour faire son choix, il ne s’est pas contenté de regarder les statistiques de chaque joueur et de prendre les 11 meilleurs joueurs français. Il a surtout cherché à créer la meilleure combinaison de joueurs possible.

Cette combinaison repose sur la complémentarité des joueurs en termes de compétences et de comportements. Les joueurs doivent se compléter et pouvoir s’appuyer les uns sur les autres.

Exemples :

C’est pourquoi, associer Olivier Giroud,  attaquant de pointe bon de la tête, et Dimitri Payet qui excelle pour sa précision notamment sur les coups de pied arrêtés a du sens. Ces compétences complémentaires leurs permettent de réussir leurs actions de jeu.

De même, lorsque le défenseur Raphaël Varane, droitier, a déclaré forfait pour blessure, Didier Deschamps a préféré le remplacer par Adil Rami, également droitier, malgré la hiérarchie. Il s’agit de la combinaison la plus complémentaire car, selon-lui, une alliance gaucher-gaucher est moins efficace.

 

Dans une équipe :

La logique veut que si un directeur commercial ne prend que des chasseurs, l’entreprise va avoir un problème de fidélisation de sa clientèle, et s’il ne choisit que des éleveurs, il y aura un manque de prospection. L’équilibre est la clé de l’efficacité.

C’est également vrai en termes de comportements, s’il n’y a :
– que des rouges dominants : il risque d’y avoir de nombreux conflits
– que des jaunes influents : l’organisation et le suivi peuvent passer en second plan
– que des verts stables : la prise de décision peut être compliquée
– que des bleus conformes : il peut y avoir des problèmes de rythme et d’autonomie

Pour en savoir + sur les styles de comportements, téléchargez notre livre blanc !

 

Malgré ce que l’on pense, le commerce est un sport collectif. Il faut une complémentarité dans l’équipe.

Les trois questions essentielles qu’un manager doit se poser en composant son  équipe sont :

  1. Est-ce le meilleur vendeur pour mon équipe ?
  2. Va-t-il être efficace dans mon équipe ? A-t-il la capacité de travailler avec les autres ?
  3. L’équipe va-t-elle en tirer un bénéfice ? Va-t-il apporter quelque chose d’intéressant à l’équipe de par son comportement et/ou ses compétences ?

La complémentarité dans une équipe doit primer sur l’individualité
car c’est l’alliance de tous les éléments qui va faire la force d’une équipe.

Crédit photo : Didier Deschamps et l’équipe de France – source AFP
Consultant

Après plusieurs postes commerciaux à haute exigence technique, Côme a rejoint l’agence b-flower de Nantes.

No Comment

Comments are closed.