La transparence en entreprise, une idée nébuleuse

La transparence, l’un des mots-clés du management d’aujourd’hui. Mais que faut-il dire ou ne pas dire ? Quels types d’informations communiquer ? Lesquels éviter ? Dans cet article, découvrez notre vision sur cette tendance en entreprise et quelques astuces pour l’améliorer, ou, à défaut, la mettre en œuvre.

 

Il n’est pas toujours aisé de savoir comment se placer par rapport à ses collaborateurs en matière de transparence. Il faut qu’ils soient au courant de certaines choses dans l’entreprise pour qu’ils se sentent intégrés et non mis à part. Ce mode de fonctionnement est renforcé par notre société actuelle : l’information est à une portée de clic, toujours à disposition de tout le monde, partout. Elle est surtout délivrée en temps réel. Alors, il faut s’adapter et revoir sa définition de transparence.

Voici quelques conseils pour maintenir un climat de confiance et d’honnêteté dans l’entreprise :

1.      La communication, base de la transparence

La rétention d’informations est très courante en entreprise, bien que rarement pratiquée consciemment. Les personnes qui détiennent une information la bloquent parfois parce qu’elle représente une forme de supériorité aux autres, un aspect stratégique.

Cependant, cette pratique entrave la communication et induit des incompréhensions, ou encore des lacunes importantes sur certains sujets. Ces dysfonctionnements peuvent donner lieu à une baisse de performance à cause d’un désengagement des collaborateurs, qui se sentent exclus, non-tenus au courant. Il est donc important d’apprendre à partager et à faire circuler les informations, mais attention, les bonnes informations !

2.      L’importance du choix des informations

La communication de ces informations doit être efficace. Si vos échanges sont noyés sous un flot d’informations, alors… Il n’y a plus d’échange, tout simplement. Comment partager des points de vue et des idées si un trop grand nombre de faits interfère dans votre communication ? Cela devient juste un partage pragmatique d’informations factuelles.

Par ailleurs, ayez bien en tête que la réussite de votre entreprise est en majeure partie assurée par vos collaborateurs. Il est donc primordial qu’ils sachent quelles difficultés elle rencontre, ainsi que toute autre information liée à l’état et au fonctionnement de l’organisation.

Abolissez la communication superficielle. Les informations que vous partagez doivent servir à la personne à qui vous les délivrez, et n’ont pas seulement vocation à flatter votre interlocuteur ou à parler pour parler. Les newsletters internes peuvent alors devenir un support vecteur d’informations pertinentes, tout comme une plateforme de chat interne à l’entreprise, avec des groupes de discussion pour chaque équipe de collaborateurs. Attention cependant aux débordements ! Il vaut mieux prévoir un groupe dédié à une discussion plus détendue, dans le but de développer les liens entre les collaborateurs et d’éviter les mélanges professionnel/personnel.

3.      Un traitement équitable

Imaginez un instant que l’un de vos collaborateurs apprenne quelque chose d’important sur l’entreprise, par un autre qui était, lui, au courant. Comment réagira-t-il ? Mal. Et c’est bien normal. Si vous êtes transparent, soyez-le avec tout le monde et de la même manière. Sinon, cela donne lieu à des bruits de couloir, une mauvaise ambiance et, par conséquent, une baisse de productivité. Les ressources humaines ont un rôle important à jouer dans cette partie : la transparence induit une certaine équité dans le traitement des collaborateurs. Leur exposer les pratiques RH de l’entreprise concernant la formation ou encore les méthodes d’évolution par exemple, participe à cette transparence positive.

 

4.      Les vérités à éviter

Certains sujets sont à écarter du domaine de la transparence. En effet, il est évident que les RH se doivent de garder confidentielles certaines données personnelles, relatives aux salariés ou aux dirigeants. Concernant les salaires, il est judicieux d’éviter d’en faire étalage public selon l’entreprises, l’ambiance qui y règne.

Au-delà des sujets à éviter, il faut parfois recadrer les choses. Parler d’un projet en toute transparence pour faire comprendre les fondements de la décision peut rapidement déraper et mener à un débat sans fin et contre-productif, dans lequel chaque personne se sent légitime de dire ce qu’elle pense, sans pour autant que cela fasse avancer la discussion. Il est alors temps de remettre les choses à leur place, et, tout en gardant de la transparence sur le sujet, rappeler que celle-ci ne confère pas le droit à chacun de donner son avis de manière intempestive, non-légitime et infondée.

 

 

En étant transparent avec vos collaborateurs, vos relations avec eux ne s’en porteront que mieux et seront le fruit de croissance et de projets communs et unanimement portés par vos équipes. C’est une manière de gagner en investissement des salariés. Cela signifie également une meilleure performance, mais aussi l’instauration d’une confiance qui garantit une bonne qualité du travail et de vie au travail. Restez tout de même vigilant à ne pas être transparent sur des informations confidentielles et sachez poser des limites !

Juliette Delpippo – Chargée de Communication et Marketing

Chargée de Communication et Marketing, Juliette a récemment intégré l’agence de Cannes. Animation du blog et des réseaux sociaux, gestion des webinars, création de supports de communication… Rien ne lui échappe ! Passionnée par son métier, elle est méticuleuse et aime ajouter sa petite touche d’originalité, qui transparaît souvent dans ses réalisations.

You may also like

No Comment

Comments are closed.