Les 8 erreurs classiques du manager – Partie 1

Suite au bilan sur les 10 erreurs les plus observées chez les commerciaux, et devant son succès, il m’a semblé intéressant de partager avec vous ma vision des erreurs que j’observe le plus chez les managers en place…

 

1.  Chercher à être aimés plutôt que respecter

Imaginez que – pour une raison quelconque et à 3 jours de la date du départ – vous deviez annoncer à votre conjoint que les vacances sont annulées. Facile ? Imaginez maintenant que vous partagiez cette décision avec votre ami.
Il y a fort à parier que vous ferez le second exercice beaucoup plus facilement que le premier. Cet exemple sert à démontrer que plus un manager a besoin d’être aimé et plus il lui sera difficile d’annoncer des décisions impopulaires, de dénouer des conflits, de délivrer des messages désagréables, etc.
Bien sûr tout être humain a besoin d’être aimé, mais il est important de savoir qu’il existe une grande variété de nuances dans ce besoin. Celle qui semble la plus approprié à la relation professionnelle, c’est le respect. Le manager reçoit l’estime de ses collaborateurs à travers le respect qu’il suscite.

Notre conseil : pour gagner ce respect, vous devez véhiculer différentes valeurs telles que le courage, l’intégrité, la justice, le goût pour l’esthétisme (travail bien fait, pro…). Cela vous place dans un contexte plus propice et plus confortable dans l’exercice de vos responsabilités.

 

2.  Mal gérer son stress

La bonne gestion des émotions et du stress fait partie de l’intelligence émotionnelle, que l’on reconnaît de plus en plus comme essentiel aux leaders et managers. Omnibulé par la réalisation des objectifs fixés, le manager tombe souvent dans des pièges qui lui font commettre des erreurs d’appréciation ou de décision qu’il est, pourtant, tout à fait possible d’éviter.

Mal gérer son stress/sa peur c’est :

  • le nier, tenter de l’étouffer
  • ne pas tenir compte des messages intérieurs qui l’accompagnent
  • communiquer malgré soi son stress ou sa peur à ses équipes

En niant son stress/sa peur le manager l’accroît, en le/la cachant il le rend plus perceptible. Les résultats de l’équipe peuvent s’en ressentir. D’autre part, en maintenant une pression constante sur son équipe, le manager augmente le stress de ses collaborateurs et limite leur progression.

Notre conseil : évitez de leur imposer une pression continuelle (en fixant des objectifs réalisables, à court et moyen terme) et de leur transmettre votre propre stress, pour permettre aux membres de votre équipe de trouver leurs repères et d’adopter le rythme de travail adéquat.

 

3.  Etre mal organisé

Cela peut paraître aberrant pour un manager et pourtant, une mauvaise gestion du temps associée à une mauvaise organisation de l’équipe, est le fléau numéro un des dirigeants.
En effet, lorsque les collaborateurs bouclent toujours leurs projets en retard, qu’ils consultent leurs dirigeants mille fois par jour mais ne leur parlent d’un problème ou d’une difficulté qu’à la dernière minute, cela traduit une mauvaise gestion de la part du manager qui doit se reprendre en main. A la fin, il se rend compte que c’est lui qui fait tout le travail alors que ses collaborateurs n’en font pas assez.

Notre conseil : responsabilisez vos collaborateurs en leur accordant des tâches précises et en leur fixant des objectifs réalisables ! C’est le meilleur moyen pour lutter contre ce phénomène de « délégation inversée » qui revient à tout mettre sur votre dos (car vous êtes censés travailler en équipe avec vos collaborateurs).

Le style de management et l’attitude du dirigeant ou plutôt, sa conception de son rôle de manager, influencent son travail et sa manière de gérer son équipe.

 

4.  Adopter un style de management trop directif

Un dirigeant trop autoritaire tue, sans le savoir, le sens de l’initiative chez ses collaborateurs, frustre leur créativité et les empêche de s’épanouir.Homme d'affaire
Ne pas accorder à son équipe la latitude d’innover en imposant sa propre vision des choses nuit à l’évolution du travail de l’équipe qui stagne, fait du sur-place et finit, à force, par reculer.

Notre conseil : soyez attentif à vos collaborateurs et surtout, demeurez accessible à leurs réflexions, suggestions et idées… N’oubliez pas les remontées contribuent à faire progresser l’entreprise en l’aidant à dépasser ses lacunes !

Les nombreuses fonctions du manager incluent, également, la transmission de son savoir-faire aux collaborateurs qui en ont besoin, ainsi que la disponibilité envers son équipe.

 

La suite jeudi dans un prochain article… 

Chef de Projet & Consultant

Homme de terrain, Sébastien a tout d’abord construit sa carrière et son expérience au sein de centres de profit à l’étranger. Il rejoindra l’agence parisienne de b-flower en tant que consultant en 2014.

You may also like

No Comment

Comments are closed.