L’intelligence émotionnelle, un véritable enjeu pour les entreprises

Diplômes et compétences techniques ne suffisent plus aujourd’hui pour draguer les recruteurs, bien s’intégrer au sein d’une équipe ou évoluer vers des fonctions managériales. Les collaborateurs doivent désormais faire preuve de soft skills, et parmi elles : l’intelligence émotionnelle. Ce concept récent est désormais sur toutes les lèvres et pas sans raison, puisqu’il s’avère être un véritable enjeu pour les entreprises.
On vous explique pourquoi dans cet article. 

 

« Personnalité », « compétences douces », « caractère » autant de mots qui font échos dans les entreprises. Aujourd’hui, les règles de travail changent : il ne va plus de notre intelligence, de nos compétences, ou de notre formation pour obtenir le job de ses rêves ! Pour faire la différence, le candidat devra faire preuve de savoir être et sera évalué sur son quotient émotionnel (QE), c’est-à-dire sur la qualité de ses rapports envers lui-même et envers les autres. C’est ce qu’on appelle l’intelligence émotionnelle (IE). Désormais les meilleurs éléments ne sont plus ceux qui ont le QI le plus élevé mais ce sont ceux qui maîtrisent le mieux les émotions et les relations avec les autres. Mais qu’est-ce que l’intelligence émotionnelle ? Comment s’inscrit-elle dans les entreprises et pourquoi est-elle devenue un facteur incontournable ?

 

Qu’est-ce que l’intelligence émotionnelle ?

« Notre réussite professionnelle dépend moins de notre QI ou de nos diplômes que de notre savoir-faire émotionnel », affirme le psychologue américain Daniel Goleman dans son livre Emotional Intelligence. Concept qui a été découvert dans les années 90 par les psychologues américains Peter Salovey et John Mayer, Goleman a été le premier a démocratisé l’intelligence émotionnelle et à en faire un atout, voire un enjeu stratégique pour les entreprises. En quelques années, l’IE est devenue une compétence de plus en plus recherchée. Cette intelligence a peu à voir avec ce qu’on a appris à l’école et va au-delà des aptitudes intellectuelles et du savoir-faire technique requis pour le travail.

En résumé, l’intelligence émotionnelle vise à identifier ses émotions et les raisons qui leur donnent naissance. Elle consiste aussi à reconnaître les émotions d’autrui, à en comprendre l’origine et à créer les conditions qui transforment des émotions négatives en émotions positives. D’ailleurs, l’IE s’avère particulièrement efficace dans de nombreux domaines tels que :

  • La communication
  • La prise de décision
  • Le leadership
  • La vente
  • Le travail en équipe
  • La performance
  • La gestion des conflits

 

Mais comment évaluer l’intelligence émotionnelle ?  

Pour pouvoir évaluer sont IE, il faut d’abord prendre en compte les émotions et les comprendre. L’identification des émotions constitue une clef essentielle de l’IE. Il existe 4 émotions principales que vous pouvez identifier chez vos collaborateurs :

1. La joie : Elle est déclenchée par une réussite, un accomplissement. Elle induit des réactions joviales, du partage, de la spontanéité.

2. La tristesse : Elle est associée à une perte et s’exprime par un renfermement sur soi-même et la recherche de réconfort.

3. La peur : Elle est à l’origine d’une perception du danger et est souvent considérée comme un frein à l’action.

4. La colère : Elle est consommatrice d’énergie et n’aide pas toujours à régler les problèmes. Cependant, bien gérée elle peut être utile et être un carburant pour éviter de reproduire les situations qui la déclenchent.

Bien sûr, il n’existe pas que ces quatre émotions et d’autres émotions doivent être prises en compte telles que le désir, la surprise, le dégoût etc… Mais vous l’aurez compris, pour pouvoir évaluer son IE, il faut dans un premier temps prendre en compte nos émotions et celles d’autrui. Malheureusement cela ne suffit pas ! Pour Daniel Goleman, il y a, en plus des émotions, 5 compétences clefs à maîtriser afin d’augmenter son IE.

  • Compétence n°1: La conscience en soi
  • Compétence n°2: L’autorégulation avec la maîtrise des émotions
  • Compétence n°3: La motivation
  • Compétence n°4: L’empathie
  • Compétence n°5: La capacité à rentrer en relation avec autrui

 

Quel est l’intérêt pour les entreprises ?

Comme vous le savez le monde est en pleine mutation et les entreprises doivent s’adapter à ces changements. Il est donc primordial pour les entreprises de se différencier. Dans le passé, cette différenciation se faisait sur l’intelligence mais désormais on se différencie de plus en plus sur l’humain ! En effet, ce qui incombe aux recruteurs c’est la réussite des Hommes, leur développement, leur engagement et surtout leur motivation à réussir et à faire réussir les entreprises. C’est pourquoi les sociétés intègrent de plus en plus la notion d’intelligence émotionnelle, qui devient un outil indispensable aussi bien dans le recrutement, les relations, le management et la performance.

 

Outil n°1 :  Quand l’IE intervient dans le processus de recrutement

Aujourd’hui, le quotient émotionnel est un outil majeur pour recruter des candidats. Il permet au recruteur d’analyser au-delà de l’intelligence et des compétences du candidat sa maîtrise des émotions. Le recruteur va alors pouvoir l’évaluer sur sa gestion des émotions mais aussi sur sa capacité à s’adapter. Grâce à l’IE, le recruteur peut alors départager des candidats présentant des compétences similaires. Mais pour pouvoir recruter des profils possédant de solides compétences émotionnelles, il faut savoir les identifier.

Voici quelques astuces qui vous permettront d’identifier les compétences émotionnelles d’un candidat :
• Le candidat devra se connaître lui-même : ses atouts, ses limites, sa capacité à remplir les missions qui vont lui être confiées.
• Il devra maîtriser ses émotions : capacité à réguler ses émotions et ne pas être en réaction immédiate aux événements qui se présentent.
• Il devra posséder de l’empathie pour comprendre et prendre en compte les émotions de son entourage.
• Enfin, il devra avoir des compétences relationnelles pour fédérer, mettre en relation des profils différents, développer et faire jouer son réseau.
De plus en plus d’entreprises évaluent ces compétences et qualités émotionnelles lors d’un entretien en posant des questions ciblées sur la manière dont le candidat se comporte dans telle ou telle situation. Pour un recruteur, c’est la capacité à s’adapter en fonction des situations et sa personnalité qui seront essentielles.

 

Outil n°2 :  L’IE au service du management & de la performance

Pour que l’intelligence émotionnelle soit efficace, il faut que vous commenciez par vous-même. Vous ne pouvez pas améliorer le bien-être, l’épanouissement et le sentiment de soi d’autres personnes sans comprendre d’abord comment vous fonctionnez sur le plan émotionnel. Les leaders se distinguent généralement par leur niveau d’intelligence émotionnelle, et ce sont ces compétences qui contribuent à créer un lieu de travail plus efficace. Par exemple, si un dirigeant possède une intelligence émotionnelle élevée, cela s’avèrera un atout s’il souhaite convaincre et embarquer ses collaborateurs. Savoir identifier et gérer ses propres émotions et aussi celles des autres, sera un avantage pour asseoir son leadership auprès de ses équipes et donc accroître leur performance.

 

Outil n°3 : L’IE favorise les relations

En 2015, une enquête du cabinet Carewen révélait que sept projets de transformations d’entreprise sur dix échouent en raison d’une mauvaise prise en compte du facteur humain. Il est vrai qu’auparavant dans certaines sociétés les relations n’étaient pas au centre de la communication. Les collaborateurs se coupaient alors de leurs émotions. Or l’être-humain est un être sensible, doté de force et de fragilité. Il a été prouvé que les équipes qui fonctionnent bien sont dans des processus relationnels où le langage est vrai, la parole est authentique et les émotions ne sont pas « tabou » car elles sont accueillies. L’écoute sociale, l’empathie sociale, le partage social mènent vers la solidarité collective et par conséquent professionnelle. Respecter l’autre, l’écouter avec toute son attention, comprendre son « monde », avoir de l’empathie sont les ingrédients nécessaires à l’équilibre et à la cohésion de l’équipe.

 

Quelles solutions pour aider les entreprises ?

Chez B-Flower, nous accompagnons depuis 20 ans nos clients dans leur formation mais aussi dans leurs projets de transformations. Nous sommes convaincus que la valeur ajoutée d’une entreprise passe par l’humain. C’est pourquoi nous avons intégré dans nos parcours de formation la méthode DISC qui reprend les grands fondamentaux de l’intelligence émotionnelle.

Si vous ne connaissez pas votre profil DISC, faites le test dans notre infographie Quel est votre style comportemental ? (il s’agit d’un aperçu, le vrai profil étant bien plus complet). Vous pouvez ensuite découvrir A quelle personnalité vous ressemblez !

Pour aller plus loin :

RDV sur cette page pour télécharger notre livre blanc sur la méthode DISC !

Et vous, comment travaillez-vous votre intelligence émotionnelle ?

Manon Roblin – Key Account Manager

Avec 5 ans d’expérience dans le retail sur des fonctions commerciales et marketing, Manon rejoint en 2017 les équipes de b-flower. Passionnée et challengeuse dans l’âme, elle est ce qu’on appelle une « fifty » : à la fois consultante et business developer.

You may also like

No Comment

You can post first response comment.

Leave A Comment

Please enter your name. Please enter an valid email address. Please enter a message.