Prendre contact sur les réseaux sociaux… un exercice de précision

A l’heure où le nombre de connexions se compte en centaines ou en milliers sur les réseaux sociaux, nous ressentons parfois le besoin d’entrer en contact pour des raisons concrètes : atteindre un décideur, trouver une information, proposer une mission ou un poste…

 

Or nous-mêmes, nous recevons parfois des demandes incongrues. Ainsi, je viens de trouver sur Linked’In une demande de mise en relation qui commence par ces mots :« Vos clients désirent effectuer une cession, une acquisition ou une levée de fonds ? » et se poursuit par de longs développements sensés mettre en valeur l’offre portée par la personne qui m’envoie ce message. A vrai dire, je ne sais pas ce que mes clients souhaitent faire de leur argent et c’est normal, car je suis consultant en management et en vente, et je ne m’occupe pas de leur stratégie d’investissement. D’ailleurs, l’offre de services ne me concerne pas et je n’ai ni le temps, ni l’envie de la lire en entier. Je ne relaierai donc pas ce type de demande…

Comment optimiser nos prises de contact sur les réseaux sociaux pour ne pas tomber dans cette situation ?

 

Le premier conseil à donner est évidemment de privilégier la qualité sur la quantité. C’est une question d’efficacité mais aussi d’image. Une fois que la personne avec qui nous souhaitons entrer en relation est identifiée, il faut dire à notre contact ce que nous souhaitons faire, de façon simple et directe : « Je vous contacte pour vous demander de me mettre en relation avec M. X ». Le mieux est évidemment d’inclure dans notre demande le lien vers le profil de la personne que nous ciblons. Il convient aussi de préciser ce que nous attendons de cette mise en relation :

 

« Nos services sont susceptibles d’intéresser M. X et c’est pourquoi je souhaite lui présenter notre offre. ». Bien entendu, rien de bien original à ce stade. Mais ce qui fera probablement la différence, c’est notre capacité à montrer le sérieux de notre demande… et comment le faire mieux qu’en montrant à notre contact que nous avons déjà préparé l’étape suivante : « Au cas où tu accepterais de relayer ma demande auprès de M. X, je te ferai parvenir un message que tu pourras tout simplement lui faire suivre ». On voit ici qu’il est important de laisser une porte de sortie à mon contact au cas où, pour des raisons qui m’échappent, il ne voudrait pas relayer ma demande. En brûlant cette étape, nous risquons en effet de le placer dans une situation inconfortable qui peut expliquer l’absence de réponse de sa part ou une réponse du type « désolé, je n’avais pas vu ton message du mois dernier… ta demande est-elle toujours d’actualité ? ».

 

L’étape suivante consiste donc à envoyer le fameux message à mon contact, tout en prenant en compte que le lecteur final sera la personne avec qui je cherche à entrer en relation. La difficulté ici est de parvenir à s’adresser à deux destinataires à la fois. Il faut donc donner quelques informations sur moi car ma cible n’a jamais entendu parler de moi et exprimer ma demande de façon concrète en montrant le sérieux de ma démarche. Pour cela, le plus simple est de commencer par rappeler le caractère récent des échanges avec mon contact : « Merci de la rapidité de ta réponse pour me mettre en contact avec M. X ». Ensuite, il faut s’attarder un peu sur le contexte de cette demande : « Je dirige une société de (indiquer le secteur et l’activité) et nous venons de lancer plusieurs nouveautés. J’aimerais donc avoir l’avis de M. X. Pourrais-tu relayer ma demande de connexion auprès de lui ? ».

 

Mon contact relaie ma demande de mise en relation. Est-ce que l’histoire s’arrête là ? Non bien-sûr. Mon contact a mis sa crédibilité en jeu, il a également pris un peu de son temps. Il faut donc lui montrer que nous accordons de la valeur à l’effort qu’il a fait, par exemple, en le remerciant le jour même de la mise en relation. Que celle-ci débouche sur une coopération fructueuse ou qu’elle n’aille pas plus loin qu’un échange de messages, dire quel est le résultat est un minimum…. Et dans certains cas, nous pouvons aller jusqu’à faire suivre un article ou offrir un petit cadeau avec une lettre de chaleureux remerciement. Car n’oublions pas : la personne qui nous a été utile une fois sera d’autant plus prête à mettre son réseau à notre service une nouvelle fois qu’elle prendra conscience que le petit effort qu’elle a fait en notre faveur n’était pas vain.

 

En tant que consultants, nous animons des ateliers d’expression écrite sur des thèmes en lien avec les réseaux sociaux pour apprendre à en tirer le meilleur. Contactez-nous si vous souhaitez en savoir plus.

Julien Fourès – Consultant

Julien Fourès, Consultant en management et vente, a effectué une grande partie de son parcours à l’étranger au sein de projets industriels. Il travaille sur les problématiques de développement du contenu local dans les coopérations internationales et suit pour b-flower les articles de presse ou de blogueurs anglo-saxons.

You may also like

No Comment

You can post first response comment.

Leave A Comment

Please enter your name. Please enter an valid email address. Please enter a message.